2018-12-04 02:57:14

La CAPEB accueille favorablement les mesures d’apaisement annoncées par le Premier Ministre

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) qui défend depuis plusieurs mois l’efficacité écologique et économique des dispositifs fiscaux, tel le CITE, auprès des pouvoirs publics, accueille favorablement le moratoire fiscal proposé par le chef du Gouvernement. Nous saluons tout particulièrement la suspension de la suppression brutale du taux réduit de TICPE sur le gazole non routier pour les entreprises du bâtiment. L’ensemble du secteur espère que ces mesures d’apaisement s’accompagneront d’un retour au calme dans le pays. Les entreprises du bâtiment commençaient à subir une gêne d’approvisionnement dommageable pour leur activité et pour l’économie de proximité dans son ensemble.

Patrick Liébus, le président de la CAPEB, se dit prêt à participer dans les six mois à venir au grand débat national que le premier ministre appelle de ses vœux, ainsi que la consultation de la filière pour accélérer la transition énergétique que les ministres concernés vont solliciter avant la fin de l’année. Le moratoire sur les taxes est certes une bonne nouvelle, mais le Gouvernement doit désormais s’engager durablement et prendre des mesures constructives. L’une des premières étapes est de « réussir » la nouvelle version du CITE : le dispositif d’aides aux travaux, que ce soit sous la forme de prime ou de crédit d’impôt, doit être élargi aux fenêtres et ainsi sanctuarisé.

L’urgence à agir pour la transition énergétique dans le bâtiment est triple. Elle est écologique bien sûr, car nous devons sans délais réduire drastiquement l’impact carbone du chauffage sur la planète. Elle est économique aussi, car les entreprises qui sont en première ligne pour réaliser les travaux de performance énergétique sont aussi au cœur de la croissance verte. Enfin, l’urgence est sociale : nous devons en finir au plus vite avec les passoires thermiques pour résoudre le drame de la précarité énergétique qui touche près de 7 millions de Français

Patrick Liébus

On peut faire des étincelles dans son métier et être moins brillant dans la paperasse.