2020-02-04 03:15:39

Auvergne-Rhône-Alpes : une fin d'année 2020 en demi-teinte

Le ralentissement de la croissance constatée au niveau national par la CAPEB est moins prégnant en Auvergne-Rhône-Alpes (1,5% de croissance dans la région, contre 0,5% au niveau national). L’étude de conjoncture du 4ème trimestre 2019, conduite par les CAPEB d’Auvergne-Rhône-Alpes pour mesurer le ressenti et le moral des chefs d’entreprise dans la région confirme ce constat, mais les prévisions d’activité restent incertaines.

Un niveau d’activité qui se stabilise

Le ressenti de leur niveau d’activité par les chefs d’entreprise est bon, voire très bon pour 46% d’entre eux (- 1 point par rapport au trimestre précédent). Les couvreurs-zingueurs, les entreprises d’isolation, les plombiers-chauffagistes sont les métiers qui présentent, ce trimestre, les résultats les plus optimistes.

A noter cependant, que le niveau d’activité reste toujours problématique pour 17% des entreprises (16% le trimestre dernier), notamment chez les agenceurs-cuisinistes, les paysagistes, et les plâtriers-peintres.

Au niveau des carnets de commande, la visibilité reste importante, même si elle se raccourcit pour un certain nombre d’entreprises. 48% des artisans ont une visibilité supérieure à 3 mois (- 4 points), 37% entre 1 et 3 mois (+ 4 points).

S’agissant du chiffre d’affaires, le nombre d’entreprises déclarant une amélioration est en augmentation (22% contre 18% le trimestre précédent). Le nombre de chefs d’entreprise qui constatent une dégradation reste lui stable à 15%.

Des indicateurs financiers fragiles

Les marges continuent d’être une vraie préoccupation. Les entreprises sont toujours aussi peu à déclarer une hausse (7 % seulement, en baisse d’1 point ce trimestre), alors que dans le même temps, trop de chefs d’entreprise restent confrontés à une baisse (22%, en hausse d’1 point).

La trésorerie reste stable ce trimestre. 37% des entreprises déclarent une trésorerie bonne ou très bonne, 37%, un niveau correct et 27%, un niveau insuffisant ou faible.

Des projets de recrutement qui demeurent bien orientés

Le nombre de chefs d’entreprise qui ont des projets de recrutement (en cours ou en réflexion) reste important (40%, en baisse d’1 point). Les CDI restent privilégiés (66% des réponses), mais sont en baisse (- 3 points), tout comme le recours à l’intérim (5%, en baisse de 3 points). Les projets de recrutement en CDD augmentent eux de 6 points (29% des réponses).

Coronavirus et activité dans le bâtiment : le guide de préconisations est paru