Accueil / Infos pro / Le numérique dans le Bâtiment : le BIM
/ Je suis perdu !

Le numérique dans le Bâtiment : le BIM

Tous les acteurs de la constructions souhaitent soutenir l'innovation dans le bâtiment. Cela se traduit par l'entrée du bâtiment dans l'ère du numérique, une démarche qui insuffle une modernité dans le secteur en entraînant des réductions de coûts et des gains en qualité.

Les professionnels s’accorde à prioriser le développement du Bâtiment et Informations Modélisées (BIM)

Plan de Transition numérique du bâtiment

Le Plan de Transition Numérique du Bâtiment a été officiellement lancé le 11 février 2015. Présidé par Bertrand DELCAMBRE, auteur du rapport de la Mission Numérique bâtiment, ce premier rendez-vous a permis de présenter aux membres du Comité de Pilotage, la feuille de route et la priorisation des actions à mener sur l’année 2015 :

  • création d’un Portail numérique : cliquez-ici
  • mise en place de référentiels de formation continue et initiale
  • création d’outils de chantier pour les TPE/PME et Kits BIM pour les artisans
  • mise en place de processus de numérisation (permis de construire 2.0)
  • numérisation de l’existant
  • création du carnet de suivi et d’entretien des logements
  • soutien et promotion des travaux de normalisation pour les formats standards (IFC) et pour la norme de propriétés produits (NF XP P07-150)

La maquette numérique pour les artisans ?

Ainsi, sur le plan technique, il est nécessaire d’étudier les initiatives des acteurs et les freins à l’appropriation technique du BIM pour l’ensemble des opérations, et notamment les projets de rénovation de toute taille. Il convient de recenser l’ensemble des conditions techniques à remplir dans cet objectif. Une attention particulière sera apportée au fait que les outils numériques doivent être accessibles et progressivement adaptés à toutes les tailles d’entreprises ainsi qu’à toutes les tailles de chantier. A ce stade, il convient d’identifier les besoins et les attentes des entreprises artisanales du bâtiment.

Afin de maîtriser le processus de la maquette numérique, il faudra vraisemblablement acquérir de nouvelles compétences. Le Plan de Transition Numérique Bâtiment propose le développement de kits pour les PME et artisans.
La maquette numérique et le BIM doivent s’adapter aux fabrications artisanales. En effet les critères définissant les objets de la maquette ne doivent pas être un moyen d’exclusion des fabrications artisanales. C’est pourquoi la CAPEB veille à cette adaptation et suit cette démarche pour être force de proposition.

Petit lexique des mots bizzares

Maquette numérique (MN) est une représentation en 3D d’un ouvrage qui en présente les caractéristiques géométriques (plan, coupe, élévation, …) et les renseignements sur la nature des objets utilisés (composition, propriété physique, mécanique…).

BIM, Building Information Model, Modeling ou Management ?… et en français Bâtiment Informations Modélisées. Le BIM est une méthode de travail basée sur la collaboration autour d’une maquette numérique. C’est un modèle (avatar) unique qui embarque toutes les informations du bâtiment : géométries, relations spatiales, informations géographiques, quantités et propriétés des éléments de construction. Cet avatar créé lors de la conception est utilisable pendant son exploitation et aussi lors de sa démolition. Cette « maquette numérique du bâtiment » est amenée à évoluer tout au long de la vie de la construction.

IFC (Industry Formation Classes) désigne un format de fichier normalisé « ouvert » (non lié à un éditeur de logiciel) qui permet d’échanger et partager des informations entre logiciels. Pour chaque élément constitutif d’un bâtiment, les IFC donnent des indications sur les caractéristiques, la forme et les relations avec les autres objets. C’est ce langage commun qui confère au BIM toute sa dimension collaborative.

Pour allez plus loin :