2019-12-04 04:30:16

PAC : les clés d’une installation réussie

Le marché des pompes à chaleur (PAC) est en plein essor. Il est boosté notamment par les offres à 1 €, ainsi que les récentes annonces gouvernementales visant à inciter les particuliers à remplacer leur chaudière au fioul. La PAC apparaît souvent comme une solution efficace et facile à installer…

La PAC est un appareil thermodynamique qui récupère la chaleur contenue dans l'air, la terre ou l'eau, pour la transférer,via des transformations d'un fluide frigorigène, à l'intérieur d'un logement afin d’assurer le chauffage et parfois produire l'eau chaude sanitaire.La pompe à chaleur réversible, en plus de la chaleur l'hiver, produit également du froid l'été (climatisation ou rafraîchissement).

Il existe deux grandes familles de PAC :

  • les pompes àchaleur aérothermiques : PAC air/air et PAC air/eau
  • les pompes àchaleur géothermiques : PAC sol/eau, sol/sol et eau/eau

QUELLES SONT LES ÉTAPES ESSENTIELLES ?

// Le dimensionnement,une étape essentielle

Avant toute chose, l’artisan doit procéder à une évaluation thermique de l’habitation.

Vous devez déterminer précisément les besoins calorifiques et estimer les déperditions de l’habitation pour pouvoir correctement dimensionner la PAC. L’approche sur la problématique thermique doit être globale. Il faut considérer tous les paramètres pouvant impacter la PAC (le bâti, la ventilation, l’isolation, les menuiseries extérieures…). En rénovation, il faut regarder la superficie et la hauteur des pièces de l’habitation, le type d'émetteurs (convecteurs, planchers chauffants,etc.). Dans le neuf, l’étude thermique est obligatoire pour l’obtention d’un permis de construire RT2012.

Entant qu’artisan, cela fait partie de vos obligations. Il est fortement recommandé de formaliser cette étape en rédigeant un document mentionnant cette démarche de votre part.

Les besoins calorifiques d’une habitation doivent être calculés pour l’obtention d’une température ambiante maximale de + 19 °C, c’est-à-dire dans le cadre d’une utilisation conventionnelle. Pour réaliser cette étape, des logiciels de calcul existent,lesquels sont disponibles auprès des fabricants de PAC.

N’oubliez pas que le mauvais dimensionnement d’une PAC n’est pas sans incidence.
Il y a deux risques :

  • un sur-dimensionnement de la puissance par rapport aux besoins réels peut se traduire par un surcoût à l'achat, une surconsommation d’électricité, une perte de performance et une durée de vie plus courte.
  • -un sous-dimensionnement peut entraîner une utilisation plus fréquente d’un chauffage d'appoint et une diminution des économies d’énergie. Dans certains cas, il peut occasionner des sinistres plus ou moins importants pouvant rendre l’habitation inhabitable(impropriété à destination – cf encadré jurisprudence.

// Les autres étapes clé du projet

Au-delà du bon dimensionnement de la PAC, il est également important de veiller à :

  • concevoir le système de chauffage de façon à faciliter son utilisation, son entretien et sa maintenance future
  • prescrire de préférence des PAC titulaires de signes de qualité (engagements du fabricant) : NF PAC ou HP-Keymark
  • vérifier la compatibilité du régime de température des émetteurs existants avec celui de la PAC
  • effectuer un contrôle de fonctionnement de l’installation à l’issu des travaux et fournir au client les conditions d’utilisation et les limites d’emploi de celle-ci
  • sensibiliser le client sur le fait que le maintien des performances de la PAC nécessite un entretien régulier de l’équipement

//L’estimation du gain énergétique, un paramètre important

La PAC est un système de chauffage performant.

La notion de performance et de rendement d’une PAC est déterminée par un coefficient de performance (COP) propre à chaque modèle qui correspond à ses performances dans des conditions standards.

La performance d’une PAC dépend intimement du bon dimensionnement de l’installation.

Des logiciels de calcul énergétique fournissent les consommations prévisionnelles après travaux. Ces outils peuvent être utiles afin d’optimiser un projet sur le plantechnico-économique. Toutefois, il s’agit d’une simulation qui ne reflète pas le comportement réel. Les sources d’incertitude restent nombreuses.

Il vaut mieux éviter de communiquer aux clients des estimations trop précises d’économie, par exemple avec un chiffrage en euros. Même si les économies sont réelles, l’estimation est toujours difficile et ne peut pas englober tous les paramètres (utilisation non conventionnelle du particulier, phénomène climatique exceptionnel…). La prudence s’impose.

La valeur ajoutée du professionnel est de proposer au client la solution énergétique la plus adaptée à sa situation, laquelle dépend de paramètres comme :