Bienvenue à LA CAPEB !

SÉLECTIONNEZ UN DEPARTEMENT

ou accédez directement à la

2017-11-24 03:36:46

Plan de rénovation énergétique des bâtiments La CAPEB prend acte des ambitions du Gouvernement en matière de transition énergétique et rappelle l’importance des moyens à mettre en place pour atteindre les objectifs fixés

Paris, le 24 novembre 2017 – La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) était présente ce matin aux côtés de Nicolas Hulot, Ministre d’Etat, Ministre de la transition écologique et solidaire, et de Jacques Mezard, Ministre de la cohésion des territoires dans le cadre de la présentation du Plan de rénovation énergétique des bâtiments. L’occasion pour son Président, Patrick Liébus, d’interpeller le Gouvernement sur les moyens alloués à la transition énergétique

Le parcours de travaux : la clé de la massification des travaux de rénovation énergétique pour les ménages

Afin d’atteindre une baisse de 15 % de la consommation énergétique des bâtiments d’ici 2022, la CAPEB rappelle qu’il est nécessaire de traiter la totalité des 7.5 millions de «passoires énergétiques» que compte la France.Or cet objectif ne doit pas être compromis dans un contexte de diminution des aides pour les travaux à l’image du CITE, dont le champ d’application sera réduit dès 2018. Car la soutenabilité économique des projets pour les ménages est le sujet central de la massification des travaux de rénovation énergétique.

Pour rendre atteignables les objectifs fixés par le Gouvernement, la CAPEB préconise le recours au « parcours de travaux » qui permet à un ménage partant de l’étape 0 de parvenir à l’obtention d’un BBC (Bâtiment Basse Consommation). Ainsi, chaque ménage réalisera son parcours d etravaux en fonction de ses moyens et de ses envies, mais toujours dans une perspective du confort. Ce faisant le « parcours de travaux » remet le ménage au cœur du processus de décision et l’artisan dans son rôle de repérage et de conseil.

il est impératif que la massification ne se traduise pas par un processus « d’industrialisation » qui amènerait les TPE à devenir des sous-traitants, cantonnés à des tâches d’exécution standardisées.L’intervention sur le bâti existant, pour être efficace, appelle une expertise et un savoir-faire difficilement standardisable ».La massification peut se faire avec l’action des TPE - notamment en ayant recours à des actions groupées.

Patrick Liébus, Président de la CAPEB

Les plateformes locales de rénovation énergétique : un outil de cohésion nécessaire pour les différents acteurs de la rénovation énergétique

Les ambitions du Gouvernement en matière de rénovation énergétique des bâtiments ne pourront être atteintes sans la complémentarité des missions et l’intervention des différents acteurs sur le terrain, notamment des collectivités locales et des élus territoriaux. Pour ce faire,la CAPEB préconise le recours à un guichet unique local de rénovation énergétique. Grâce à cet outil, les acteurs du bâtiment sont en mesure d’être tenus systématiquement informés de l’avancée des projets et les rôles et missions de chacun sont clairement identifiés.

Véritable outil d’information des ménages et des professionnels impliqués dans les projets, cette plateforme ne doit cependant pas se substituer à l’artisan qui reste le seul habilité à organiser les chantiers, à prescrire les solutions techniques appropriées et est un acteur de la proximité et donc de l’économie locale.

Formation et montée en compétence de la filière du bâtiment : un axe stratégique de la transition énergétique

Aujourd’hui, 70 000 entreprises sont labélisées RGE (qualifiées « reconnu garant de l’environnement »), dont 14 000 possèdent la qualification ECO Artisan®. La CAPEB salue ces chiffres qui attestent de la volonté des entreprises à relever le défi de la transition énergétique du bâtiment. Cependant la question de la montée en compétence en matière de performance énergétique reste centrale.

« Les professionnels se sont mobilisés et ont engagés un processus de montée en compétence depuis le Grenelle de 2007, soit depuis 10 ans. Avec la mise en place de ce plan, ils continueront de s’investir dans la durabilité.»

Le Président Patrick Liébus

C’est pourquoi la CAPEB tient à alerter le Gouvernement sur les moyens mis en œuvre pour soutenir la formation des professionnels du bâtiment aux économies d’énergies, afin que soient notamment garanties les modalités de financement actuelles des modules Feebat. D’autre part, il est essentiel de poursuivre et de continuer à soutenir les plans PACTE, PTNB et PRDA pour accompagner la structuration de la filière

« Vouloir éradiquer en 10 ans les 1.5 million de passoires énergétiques occupées par des ménages aux faibles revenus, c’est un réel défi que la CAPEB souhaite relever et pour lequel elle continuera de se mobiliser» déclare Patrick Liébus, Président de la CAPEB, « mais cela pose la question des moyens : cet objectif est impossible à atteindre sans de puissants leviers d’action et d’aides au passage à l’acte. »


En bref : Les priorités de la CAPEB pour soutenir la rénovation énergétique des bâtiments

  1. Territorialiser la politique d’amélioration de l’habitat :
  • Mettre en place des observatoires de l’habitat au sein des territoires ;
  • Fixer des objectifs territorialisés en matière d’amélioration de l’habitat ;
  • Permettre aux collectivités compétentes en matière de PLU et PLH d’adapter les dispositifs nationaux à leurs spécificités territoriales.
  1. Mener une grande politique de petits travaux
  • Arrêter les objectifs vertueux inatteignables car non finançables - ni par les ménages,ni par les pouvoirs publiques - au calendrier hasardeux ;
  • Penser progression et incitation dans le cadre d’un parcours de travaux ;
  • Préfinancer les travaux pour simplifier les démarches et réduire les délais.
  1. Accompagner les ménages
  • Mettre en place un guichet unique de l’habitat au sein des territoires pour informer et conseiller les propriétaires ;
  • Penser des parcours de travaux personnalisés où les ménages sont décideurs ;
  • Maintenir les dispositifs fiscaux et les aides à la rénovation des logements en place pour inciter les ménages au passage à l’acte.